Les Partenaires du projet

Université Bordeaux 1 - Sciences et technologie (France)

L’Université Bordeaux 1 regroupe plus de 11000 étudiants et 1000 enseignants-chercheurs et bénéficie d’un très grand volant de conventions avec des partenaires industriels. Elle est labellisée Carnot (Fonds permettant d'abonder les budgets des institutions proportionnellement aux fonds gérés sur des projets en partenariat avec des entreprises). L’Université dispose de plusieurs laboratoires communs avec des entreprises telles que : Safran, Total, le CEA, Phillips, ST Microelectronics…
Le porteur du projet Tempus STIMU [JEP-32154-2004] (projet qui a conduit à la mise en place des structures d'interface dans les universités marocaines) mobilise à nouveau les compétences de son université pour la réussite d'OSMOSE.

Université Hassan II Aïn Chock (Maroc)

L’Université Hassan II Casablanca accueille en moyenne plus de 26.000 étudiants répartis sur huit établissements avec une moyenne d’insertion de 4500 lauréats par an. Son potentiel de compétences regroupe 1027 enseignants, 2321 étudiants chercheurs et 671 personnels administratifs. Outre sa mission principale de formation et de recherche scientifique et technologique, l’UH2C accorde une priorité au développement de son ouverture sur son environnement socio- économique et s’est engagé dans la mise en place de structures destinées au renforcement du partenariat, au transfert technologique et à la valorisation de la recherche auprès de l'industrie. Ces structures doivent permettre de trouver les leviers et les moyens permettant un accompagnement approprié du tissu socio-économique tant sur le plan économique qu’en matière de compétences et de développement humain. L'UH2C œuvre également pour développer des mécanismes de suivi et d'insertion de ses lauréats dans la vie professionnelle.

Université Hassan II Mohammedia (Maroc)

L’Université Hassan II Mohammedia est composée de 9 établissements universitaires et compte 22.841 étudiants. C’est une université pluridisciplinaire qui offre cette année 131formations dont 54% sont des formations professionnalisantes ou spécialisées. Ces dernières ont été mises en place, en concertation avec les partenaires socio-économiques, dans le but de contribuer à la concrétisation des programmes gouvernementaux concernant le pacte national pour l’émergence industrielle du Maroc. Consciente du rôle que peut jouer la recherche scientifique dans le développement économique du pays et la promotion de l’innovation, l’UH2MC a structuré son potentiel de recherche en 75 laboratoires, qu’elle a dotés de plateformes technologiques visant l’émergence de niches d’excellence en tenant compte des spécificités de l’environnement socio-économique.

Université Abdelmalek Essaadi de Tanger-Tétouan (Maroc)

L’université Abdelmalek Essaadi est la seule université créée en 1989 pour couvrir la Région Tanger-Tétouan du Nord du Maroc. Ses onze établissements, répartis sur Tanger, Tétouan et Larache couvrent les principaux champs disciplinaires. Elle compte à peu près 750 enseignants, 450 personnels administratifs et 20 000 étudiants. La Région connaît un développement important dû à ses infrastructures d’accès (aéroport, port, autoroutes, trains, …) et au lancement de plusieurs projets structurants tels que le Port Med, zones franches, technoparcs. Plusieurs sociétés multinationales ont délocalisé certaines de leurs activités pour s’y installer. L’Université Abdelmalek Essaâdi seule Université de Région est fortement interpellée pour structurer ses relations au monde socio-économique La flexibilité de la réforme de l’enseignement supérieur a permis à l’Université d’innover dans ses cursus, sa recherche et à adapter des formations au secteur socio-économique et industriel.

Université Cadi Ayyad Marrakech (Maroc)

L'Université Cadi Ayyad est la plus grande université du Maroc avec 12 établissements répartis sur quatre villes (Marrakech, Safi, Essaouira et Kelaat Sraghna) (A noter que l'université Cadi Ayyad a été classée la 21ème université d'Afrique - mais 2ème au Maroc - après L’Université Al Akhawain sur le "World universities ranking on the web-juillet 2009".). Crée en 2002 dans le cadre de la réforme de l'enseignement supérieur et de la loi 01/00, "INMA", incubateur plurithématique, relève de l'Université Cadi Ayyad en sa qualité d'opérateur dans le domaine de la valorisation de la recherche scientifique et technique. Marrakech a initié une action autour des « Doctoriales », séminaires qui ont pour objectif principal d'initier chez les jeunes doctorants, une démarche personnelle capable de les inciter et de les soutenir pour mieux préparer la phase « après- thèse » et se muer d'une position passive vers une attitude entreprenante ouverte sur le monde économique et social.

Université Mohamed V Agdal (Maroc)

L’Université Mohammed V - Agdal conduit plus de 300 accords de partenariats avec le monde socio-économique à la fois avec des grandes entreprises et des PME. Pour accompagner cette forte activité, une structure d’exploitation de la recherche a été créée sous forme d’une société anonyme. résultat n’a été possible qu’à partir des années d’expérience en innovation à travers le "Centre d'Innovation Technologique", qui a pour but le développement du transfert de technologie et de l’innovation en direction des entreprises. Le centre a supporté, depuis sa création plus de 350 projets innovants.

Université Mohammed Premier Oujda (Maroc)

La Région de l’Oriental est bien placée pour devenir un des pôles important d’attractivité économique euroméditerranéenne. L'Université Mohammed Premier accroît de plus en plus son rôle moteur dans le développement Régional en accompagnant la redynamisation régionale. Le CUDRO (Centre Universitaire pour le Développement de la Région de l'Oriental), service commun de l'UMP se positionne comme une plateforme de communication permettant de consolider la relation entre l’université et le monde socioéconomique de la Région. Ses missions principales sont :
- développement de la Formation Continuée, Conseils, Assistance et Etudes
- création et entretien d'un réseau de partenaires et de bailleurs de fonds
- Recherche et développement et Innovation / valorisation
- manifestations
- Incubateur
- Gestion / exploitation des brevets, des licences et des contrats.

Université Sidi Mohammed Ben Abdellah Fès (Maroc)

Consciente de ses missions de contribution au développement technologique et économique de sa région, l’Université Sidi Mohammed Ben Abdellah assure dans ses 11 établissements un enseignement ouvert à toutes les carrières : 13 DUT, 72 Licences/Licences Professionnelles, 65 Masters/Masters Spécialisés et 16 formations doctorales. Elle a aussi adopté une stratégie dynamique en matière de valorisation de la recherche et de partenariat en créant un Centre Universitaire Régionale d’Interface (CURI) - plate-forme technologique abritant : incubateur, interface, UATRS…. Ce centre vise principalement :
- L’instauration d’une politique de proximité Université-Entreprise ,
- La valorisation de la recherche
- La promotion, la diffusion des compétences universitaire et le transfert de technologie ;
- L’incubation des projets innovants.
Le défi de mise en place d’une stratégie efficace en matière de partenariat nécessite une grande qualification des activités des structures d’interface et ceci ne peut se réaliser qu’à travers des formations ciblées des hommes ressources.

Université Ibn Tofail Kénitra (Maroc)

Créée en 1985, l’Université Ibn Tofaïl est structurée autour de cinq établissements : Faculté des Sciences, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Faculté des Sciences Juridiques Economiques et Sociales , Ecole Nationale de Commerce et de Gestion et Ecole Nationale des Sciences Appliquée. Cette université a pu développer au cours de ces dernières années des infrastructures de base, un potentiel très important d'encadrement, de formation et de recherche : 403 Enseignants chercheurs, 11369 étudiants, - 30 Laboratoires et 3 équipes de recherches.
En outre, 68 Filières couvrant plusieurs champs disciplinaires ont été lancées dans le cadre de la Réforme de l’Enseignement Supérieur dont 18 filières de licences professionnelles et 30 filières en Master dont 11 en Master spécialisé.

Université Chouaïb Doukkali - El Jadida (Maroc)

L’Université Chouaib Doukkali compte 5 établissements universitaires qui assurent l’encadrement de plus de 7300 étudiants. Plus de 25 laboratoires de recherche sont opérationnels dans ces établissements et ont contribué récemment à la mise en œuvre de plus de 4 projets européens dont les subventions dépassent chacun 400 000 Euros (Medaware (2003), Sadin (2004), Morocomp (2006), Waste Sum (2007). A ces compétences distinctives s’ajoutent des forces émanant de l’environnement dans lequel l’UCD opère ; En effet, l’UCD œuvre dans une région en pleine extension économique avec une zone industrielle qui compte plus de 120 unités industrielles et le parc industriel de Jorf Lasfar où sont déjà installées des sociétés de dimensions importantes notamment le Groupe Office Chérifien des Phosphates « OCP » et la Compagnie d’Energie de Jorf Lasfar « JLEC » . La structuration de l’interface université-entreprise renforcera systématiquement ses activités dans les domaines où elle se positionne.

Association Marocaine pour la R&D "R&D Maroc" (Maroc)

L’Association Marocaine pour la Recherche Développement (R&D Maroc) s’assigne la mission générale d’initier, de promouvoir et de dynamiser l’innovation et la Recherche et Dévelopement dans les entreprises marocaines du secteur productif. Cette mission se décline en objectifs spécifiques en adéquation avec ceux du projet, placent R&D au coeur d'OSMOSE, à l'interface des universités, des entreprises mais aussi des pouvoirs publics. Les objectifs principaux sont :
- de faciliter les synergies entre les laboratoires de R & D dans les entreprises et les autres institutions de recherche (universitaires notamment),
- de sensibiliser et de convaincre les décideurs pour l’instauration et la promotion des activités de R & D dans leurs entreprises,
- et de proposer et de pousser à la mise en place d’un cadre réglementaire et fiscal incitatif en menant des actions auprès des pouvoirs publics et des instances politiques

Université M'hamed BOUGARA de Boumerdès (Algérie)

Créée en 1998, L'Université M'Hamed Bougara est une université pluridisciplinaire accueillant 26000 étudiants répartis dans 5 facultés, 19 laboratoires de recherche et 350 enseignants-chercheurs. L'UMBB est coordinatrice et partenaire dans 8 écoles doctorales et a adopté en 2004 le système universel d'enseignement supérieur LMD. L'UMBB a signé plus d'une soixantaine de conventions avec des partenaires nationaux et internationaux et est en cours de structuration de ses relations partenariales avec le monde socio-économique. Sa participation au programme Tempus "Appui aux réformes de la formation doctorale au Maghreb" en fait un partenaire privilégié pour les modules transverses à développer pour un public de jeunes chercheurs.

Université Aboubekr Belkaid de Tlemcen (Algérie)

L'Université Aboubekr Belkaid de Tlemcen a été créée en 1974. Depuis, elle ne cesse de progresser pour devenir la 2ème université de l'ouest algérien avec plus de 35000 étudiants inscrits dont 300 proviennent de 27 pays arabes et africains. Plus de 80 filières sont actuellement assurées au sein de l'Université Aboubekr Belkaid qui a adopté, depuis 2004, le système LMD. L'Université Aboubekr Belkaid compte 42 laboratoires de recherche et un Laboratoire International Associé (LIA) mobilisant au total 1100 enseignants-chercheurs. L'Université Aboubekr Belkaid dispose d'un centre de télé-enseignement en exploitation depuis 3 ans et a entamé une réflexion sur la structuration de ses partenariats avec le monde socio-économique.Elle souhaite bénéficier de l'expérience des membres du consortium dans le domaine de la mise en place de structures d'interface entreprise-université. Un des objectifs est la meilleure insertion des jeunes diplômés dans le monde socio-économique.

Université 20 Août 1955 de Skikda (Algérie)

L'Université de Skikda a été créée en 1998 en tant que centre académique et élevée au rang d'université en 2001. Elle compte 5 facultés et 22000 étudiants. L'objectif de l'université est de former des futurs managers pour différents champs et secteurs économiques et de faire de l'innovation le moteur du monde socio-économique. L'université travaille en partenariat avec les industriels principalement dans le domaine de la pétrochimie, du secteur bancaire et des installations portuaires.

Université de Sfax (Tunisie)

L'Université de Sfax a été créee en vertu de la loi N°86-80 du 9 Août 1986. Elle a vécu depuis sa création une évolution régulière du nombre d'étudiants et compte aujourd'hui plus de 40000 étudiants répartis dans 20 établissements. L'ENIS, école d'ingénieur, a été fondée en 1983 par la transformation de la faculté des sciences et techniques de Sfax. L'université de Sfax a développé un Centre Universitaire d'Insertion et d'Essaimage (CUIE) dont les missions s'articulent autour du développement, du soutien et de l'accompagnement du potentiel entrepeneurial des étudiants et autour de la valorisation de la recherche.

Université la Manouba (Tunisie)

L'Université de la Manouba est composée de 14 établissements pour 30000 étudiants et 1600 enseignants-chercheur. La Manouba a intégré le système LMD depuis 2006. La culture de l'entreprise est généralisée et grâce à la coopération internationale 2 licences co-construites ont été créées ainsi qu'un master professionnel sur la création d'entreprise dans le cadre d'un projet Tempus. L'université de la Manouba dispose d'une cellule d'aide à l'insertion professionnelle composée d'un centre universitaire d'insertion professionnelle et d'essaimage, d'un observatoire de la vie universitaire et de l'insertion professionnelle, ainsi que d'un espace dédié à l'entreprise dans chaque établissement.

Université de Sousse (Tunisie)

L’Université de Sousse créée en 2004 suite à la scission de l'Université du centre dispense un éventail de formations académiques et professionnalisées. L'application du système LMD est généralisé dans tous les établissements concernés par la réforme. L’Université de Sousse compte 16 Etablissements d’enseignement supérieur pour 32456 Etudiants et 2122 Enseignants. L'école d'ingénieur ENISo créée en 2005 assure des formations dans les domaines de la mécatronique, l'électronique industrielle et les sciences informatiques appliquées. En particulier, en collaboration avec la technopole de Sousse une plate-forme pour l'innovation avec le support de nombreux industriels a été développé. ENISo renforce ses partenariats industriels également au travers de ses formations qui visent à améliorer les liens entre les étudiants et le monde professionnel. L'Université de Sousse participe au projet UNILINK

Université de Tunis El Manar (Tunisie)

L’Université de Tunis El Manar est une université pluridisciplinaire. La plupart des champs scientifiques y sont représentés . Elle compte 4 facultés, 2 écoles 7 instituts et 2 instituts de recherche pour 43416 étudiants et près de 3000 enseignants. L'Université a signé 15 conventions avec des partenaires industriels et a développé une structure d'incubation qui conduit actuellement 6 projets. L'Université sert encore à structurer ses partenariats. Elle a entamé une démarche de structuration à travers le projet Tempus UNILINK et considère OSMOSE comme le parfait complémentaire permettant de donner du sens aux interfaces mises en place. L'Université développe par ailleurs des formations professionnelles. Parmi elle, un master professionnel "création d'entreprise et management de l'innovation".

Université de Kairouan (Tunisie)

L'Université a été créée en 2004 et regroupe une faculté de lettres et sciences humaines et 8 écoles ou institut. L'ISIG, Institut Supérieur d'Informatique et de Gestion a été créé en 2002 avec 300 étudiants et 20 enseignants. Il compte aujourd'hui plus de 3000 étudiants et 180 enseignants. Il possède des formations professionnelles, notamment au niveau Master tournées vers la professionnalisation des étudiants. Citons notamment le master professionnel "Business Intelligence, Enterpreneurship, computer sciences and e-commerce". L'ISIG, au sein de l'université de Kairouan est donc un relais important pour le développement des actions partenariales dans ses domaines de compétence.

ALMA MATER STUDIORUM Universita'di Bologna (Italie)

L'Université de Bologne (UNIBO), Alma Mater Studiorum a été fondée en 1088. Elle est considérée comme la plus ancienne université de l'Europe de l'ouest. Actuellement, c'est une des plus importantes universités d'Europe avec 100000 étudiants environ, 23 facultés, 69 départements, 3000 enseignants et enseignants-chercheurs et 3000 administratifs. Certaines de ses activités ont été décentralisées dans 4 campus de la région Emilie-Romagne( Cesena, Forli, Ravenne et Rimini). Dans la ligne de sa grande tradition de formation et de son extraordinaire vitalité dans les domaines de la recherche et de l'enseignement, UNIBO développe une variété extrêmement riche de coopérations académiques avec des universités étrangères. Concernant le coeur du projet OSMOSE, UNIBO est une université possédant des liens très étroits avec son environnement socio-économique. l'université est notamment à la pointe concernant la communication de la recherche, la valorisation et le partenariat industriel.

Universidade de Vigo (Espagne)

L’Université de Vigo regroupe plus de 25000 étudiants et s’appuie sur 250 équipes scientifiques. Elle s’est engagée depuis plusieurs années sur la voie de la professionnalisation de ses formations et a intégré un programme de stages professionnels pour doter ses étudiants du savoir-faire répondant aux exigences du marché professionnel. L’université de Vigo s’appuie sur son Office de Transfert de Résultats de la Recherche (OTRI) pour organiser les rapports avec le monde socioéconomique en encourageant le transfert de connaissances. L’OTRI participe au réseau national RedOTRI, qui coordonne les activités de valorisation de 61 universités espagnoles. L’OTRI fait aussi partie du réseau européen d’offices de transfert de connaissances dans les universités et centres de recherche : Proton Europe.

ARCHES (France)

ARCHES est un cabinet spécialisé dans la préparation et la conduite de collaborations technologiques. ARCHES assiste ses partenaires, pour la mise en place de projets scientifiques et techniques nationaux ou internationaux liés à des approches innovantes, plus particulièrement dans les domaines du traitement de l'information et de la communication, ainsi que dans le domaine de l'enseignement supérieur (dans l'objectif de la stratégie de Lisbonne). Suivant les besoins, les contributions apportées par ARCHES peuvent consister en :
- une aide à la concrétisation d'une idée et évaluation de la faisabilité,
- une recherche de partenaires ou recherche de concours financiers,
- une conception de projets,
- une préparation de cahiers des charges,
- un suivi et le management de projets,
- une aide à la diffusion des résultats.
Sa clientèle se retrouve aussi bien dans les grandes entreprises que dans les PME et les administrations (universités et centres de recherche) situées dans la plupart des pays européens et au-delà.